Journalistes, protégez vos données

8569854011_156f886f98

(cc : marsmet526 by Flicker sa)

Vendredi, le hacker Kheops et la journaliste et écrivain Amaelle Guiton, sont venus à l’université de Gennevilliers avec pour objectif de nous sensibiliser aux enjeux de la sécurité des communications, question centrale pour l’exercice du métier de journaliste.   

Lire la suite

Actu data-medias du 28 nov au 5 décembre

Quelle ville est la plus violente ?

Vincent Manilève

Tout est parti d’une journée particulièrement marquante à New York. Le 26 novembre, pas un seul crime n’a été commis dans la ville. Sinon, la ville américaine n’a connu de répit : chaque jour amenait son lot de crimes et de violence. Les chiffres communiqués par le United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) pour l’année 2009, et repris par le blog data du Guardian, sont éloquents. Le quotidien britannique a réalisé une carte interactive du taux de meurtres pour 100.000 habitants des villes les plus peuplées de 65 pays. Si New York connaît une recrudescence avec une augmentation de 23% du nombre de meurtres (5,6 pour 100.000 personnes par an), d’autres villes affichent des données encore plus inquiétantes.

Mexico affiche ainsi un taux de 8,4 meurtres pour 100.000 habitants, mais c’est Caracas, au Venezuela qui montre le taux le plus vertigineux : 122 meurtres pour 100.000 habitants. Si 90% des victimes sont des hommes en moyenne, la république de Nauru et Malte voient des données inverses, avec 80% de victimes femmes. À noter aussi qu’aucune ville française n’apparaît dans ce triste classement et qu’Amsterdam est en tête des villes européennes avec 4,4 meurtres pour 100.000 habitants.

L’application E-diplomacy de l’AFP continue son développement

Julie Desbois

Ce mardi, Marlowe Hood, journaliste à l’AFP revenait sur un des blogs de l’agence, Making-of, sur l’expérience de data-journalisme qu’il mène avec les membres de son équipe. En juin dernier, le grossiste de l’information a tenté « l’aventure du journalisme de données » et a créé l’application The e-diplomacy hub.

Le but de cette application : avoir une vision en temps réel de la diplomatie numérique à l’aide des interactions Twitter. Marlowe Hood explique qu’« il s’agit de retracer, visuellement, les dialogues entre les acteurs-clés, et de mesurer en permanence l’influence de ces derniers sur la toile ». Ces échanges de tweets sont visibles grâce à une carte et à des infographies.

 Après une première phase de développement, The e-diplomacy hub a rencontré un succès auprès du grand public et de la diplomatie elle-même, à tel point qu’elle considère l’application comme un véritable « outil ». D’après Marlowe Hood, elle va encore évoluer. Il est désormais question « d’ajouter des fonctionnalités consistant par exemple, à analyser comment les États et les individus exploitent le potentiel de Twitter dans les relations internationales ».

Cependant, le site de micro-blogging semble commencer à limiter l’accès à ses données. Si Twitter, principale source d’information de ce projet, ne joue plus le jeu, la tâche s’annonce ardue pour pérenniser l’application.

Toussaint s’arrête avant Noël

Nassima Ouail

France 2 arrête l’émission de Bruce Toussaint Vous trouvez ça normal ?!, à l’écran tous les vendredis soir depuis septembre. L’animateur a annoncé la fin de son rendez-vous sur Twitter :

Faute d’audiences, le programme va être remplacé par Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddeï, débat d’idées actuellement diffusé chaque mardi à 22h50 sur France 3, selon le site Pure medias. D’après Le Parisien, Bruce Toussaint, ancien de Canal +, n’a pas souhaité s’exprimer sur cet évincement. Le rendez-vous qui reparle de l’actualité de la semaine autour d’une brochette de chroniqueurs rassemble en moyenne 825 000 téléspectateurs mais n’a pas entièrement satisfait les espoirs de la chaîne publique. Face à la menaçante concurrente Koh-Lanta sur TF1, Vous trouvez ça normal ?! a malgré tout réussi à atteindre jusqu’à 1 million de curieux ces derniers jours après avoir connu une formule redynamisée. Car comme l’a révélé Pure médias, un nouveau grand chantier de l’information se dessine sur France 3, la chaîne des régions. Ce qui implique la disparition de l’émission de Taddeï et son transfert sur France 2 aux dépens de Toussaint.

Libération lance son journal sur Facebook

Sala Sall
Le quotidien Libération, fort de son succès sur internet, smartphone et tablettes, innove en lançant ce lundi une application Facebook qui permet de lire son édition du jour sur le réseau social, selon le site Journalismes.info. Le concept est simple : une fois connecté à votre compte Facebook, vous lancez l’application, après vous être préalablement abonné à la formule numérique du quotidien.
La nouveauté illustre les efforts de la Presse Quotidienne Nationale, en grande difficulté, pour se ressaisir en misant sur le numérique.

Cure d’austérité pour le magazine allemand Der Spiegel

Florian Michel

 Après le dépôt de bilan du quotidien Frankfurter Rundschau, de l’agence de presse dapd, et la mort prochaine du Financial Times Deutschland, c’est Der Spiegel, un poids lourd de la presse allemande, qui fait face à la crise de la presse.Dans un entretien accordé au Süddeustche Zeitung repris par L’AFP, le directeur exécutif du groupe Spiegel a annoncé une grande cure d’austérité pour combattre la baisse des revenus publicitaires et des chiffres de diffusions. Ove Saffe, s’inquiète de la baisse de 6% du chiffre d’affaires global et de la perte de 10% de revenu en recettes publicitaires malgré les 900 000 exemplaires papiers vendus chaque semaine. Des postes pourraient être supprimés pour « adapter notre organisation générale aux changements structurels dans les médias et aux changements du marché« .

Le patron du groupe se console avec les résultats financiers du site internet du journal. En effet, derspiegelonline.de est bénéficiaire depuis « longtemps déjà » selon lui et les ventes de l’application sur Android et IOS semblent bien se porter.

Classement des auteurs les plus empruntés dans les bibliothèques parisiennes Baptiste

J’ai fait les modifications demandées. J’aimerais y intégrer l’infographie : http://opendata.paris.fr/opendata/document?id=148&id_attribute=64 > c’est un csv

Les auteurs les plus empruntés dans les bibliothèques parisiennes

Le portail de Data publica, une entreprise française qui met à disposition des bases de données ouvertes, a publié une infographie du classement des auteurs les plus empruntés dans les bibliothèques parisiennes en 2011, livres et BD. Cette étude a été élaborée à partir des chiffres donnés par le réseau des bibliothèques parisiennes, disponibles sur le portail de données publiques de la Ville de Paris.

Elle nous apprend que Dominique Saint-Mars est l’auteur préférée des jeunes parisiens. La créatrice de Max et Lilli (137 427 prêts en un an) est largement en tête du classement. En deuxième position on trouve Jacqueline Cohen, auteur de la bande dessinée incontournable de notre enfance Tom-Tom et Nana. Gosciny (Astérix, Lucky Luke) et Hergé (Tintin) occupent respectivement la quatrième et la cinquième place. Preuve que ces deux légendes de la bande dessinée sont indépassables.

Actualitte.com explique que, malgré une faible baisse du nombre d’inscrits, le nombre de prêts est en hausse de 3% par rapport à l’année précédente. En 2009 les bibliothèques ont comptabilisé 7,6 millions d’entrée pour un total de 11,2 millions de prêts.

Donations de la présidentielle américaine : quelques gagnants et des gros perdants

Qui sont les “mécènes politiques” sortis gagnants des élections présidentielles américaines ? Courrier International re-publiait cette semaine l’enquête du pure player américain  The Daily Beast sur la rentabilité des 20 plus gros investissements versés en faveur des candidats à la présidence et au Congrès au travers des “super-PACs”. Il s’agit de “comités d’actions politiques” sans plafonnement de dons qui ont eu un impact financier significatif sur la campagne.

Le résultat est visible sous la forme d’une infographie interactive qui détaille quelles sommes ont été investies par qui et pour quel résultat. Sans grande surprise, les gagnants sont majoritairement les comités de soutien aux démocrates tandis que les perdants sont les soutiens des républicains, et tout particulièrement les soutiens aux motions politiques les plus conservatrices.

Il est intéressant de signaler que les plus grands vainqueurs sont les investisseurs prudents : Steven Spielberg et David Boies – président de Boies, Schiller & Flexer, un cabinet juridique – n’ont investi qu’un seul million chacun dans “Priority USA Action” et ont atteint tous les objectifs politiques de ce programme. D’un autre côté, Sheldon Adelson – un magnat des casinos – a tout perdu de ses 53 millions de dollars de soutien à Newt Gingrich, le candidat ultra-conservateur sorti perdant de la primaire républicaine.

Take Action : la pétition de Google pour la liberté d’Internet

Assia Labbas

Depuis lundi, les internautes peuvent découvrir sur la page d’accueil de Google un message qui leur est adressé : « Vous êtes attaché à un Internet libre et ouvert ? Dites-le aux gouvernements.«  Cet appel, nommé Take Action, veut prévenir les 2 milliards d’utilisateurs des enjeux de la conférence de l’Union internationale des télécommunications, un organe de l’ONU. Du 3 au 14 décembre, les gouvernements se réunissent à Dubaï aux Emirats arabes unis au sujet de la révision du « règlement des télécommunications internationales » (RTI) qui modifierait la gouvernance du Net.

Pour convaincre de signer sa pétition, Google souligne les conséquences néfastes de ce changement sur les libertés numériques :

Certaines propositions pourraient permettre aux gouvernements de censurer des propos légitimes, voire d’interrompre l’accès à Internet.

D’autres visent à imposer à des services tels que YouTube, Facebook et Skype de nouvelles taxes pour pouvoir atteindre des utilisateurs à l’étranger. Cela pourrait limiter l’accès à l’information, en particulier dans les pays émergents.

Infographie à l’appui, le moteur de recherche rappelle qu’Internet est un outil de travail, de partage, de communication mais aussi le fruit de notre création, d’où le slogan “Nous sommes le web”.

Une carte recense, à la seconde, le nombre de personnes qui se joignent à la cause en déposant leur voix. A l’heure actuelle, environ 2,8 millions de personnes s’unissent pour Take Action. Le hashtag #freeandopen permet de diffuser le message sur Twitter.

Turn Down the Heat : le rapport environnemental de la Banque mondiale

Aurélie Bacheley

Alors que se déroule actuellement à Doha le sommet pour le climat, Visual.ly présente  l’infographie en trois parties du rapport “Turn Down the Heat”, publié par la Banque mondiale.  Le rapport prévoit un réchauffement climatique de 4° Celsius d’ici à 2100. Il rappelle la responsabilité de l’homme dans la dégradation de l’environnement depuis l’âge de glace : hausse du niveau des eaux, fonte des glaces  et, depuis 2002, 13 catastrophes naturelles directement liées à l’homme.

4° de plus, et des conséquences alarmantes : une cartographie présente les pays du monde qui seront inondés par la montée des eaux, comme les Caraïbes, le Venezuela, le Mozambique, Madagascar, le Bangladesh, le Vietnam , l’Indonésie… Turn Down the Heat prédit une extinction des coraux d’ici 2100, ainsi que des forêts, et une baisse considérable  du niveau des ressources minérales offertes par les grands fleuves.

L’infographie, à valeur pédagogique, met enfin en valeurs les solutions de la Banque mondiale pour éviter la catastrophe vers laquelle l’homme s’engage : investir dans l’énergie verte, dans les technologies, les infrastructures « intelligentes » et augmenter les dépenses pour « combattre le changement climatique ». L’organisme onusien conclut en ne manquant pas de rappeler ses projets pour l’environnement engagés au Kenya, au Nigeria, au Bangladesh, en Chine, en Inde et au Vietnam.

A 4 Degree Warmer World - We can and must avoid it

L’actu data-média de la semaine

Infographie : Google et l’évasion fiscale

Anaëlle Domitien

Télérama a décrypté la politique fiscale française de Google dans une infographie. Le magazine présente les différents paradis dont le géant numérique profite, de la France aux États-Unis en passant par les Bermudes. L’archipel qui sert de « boîte postale » permet à la firme de stocker ses 19,8 milliards d’euros non imposés dans l’attente d’une mesure favorable de la législation américaine permettant le rapatriement. Télérama montre ainsi étape par étape, la stratégie de Google pour contourner les taxes française et européenne.

L’hebdomadaire n’est pas le seul à relever ces « déclaration[s] de chiffres d’affaire ridicule ». Le Télégramme s’indigne et titre « Haro sur l’évasion fiscale »ZDNet rappelle que Google a été condamné par l’Inde à payer 13,8 millions de dollars pour évasion fiscale. Google n’est pas le seul adepte de ces pratiques d’optimisation fiscale : Apple, Facebook et Amazon qu’on regroupe sous l’acronyme GAFA, rappelle Arrêt sur image,  sont également « montrées du doigt pour leur propension à installer leur siège social en Irlande, où la taxation est plus douce ». Lire la suite