Le nucléaire enchaîné par des militants

Samedi dernier, place de la Bastille à Paris, des centaines de personnes scandaient leur refus du nucléaire. À l’occasion des deux ans de la catastrophe de Fukushima au Japon,  les militants ont répondu à l’appel du Réseau Sortir du nucléaire pour former une chaîne humaine dans 18 lieux symboliques de la capitale.


« Hollande bouge tes fesses ! ». Ce samedi sur les pavés de la place de la Bastille, le ras-le-bol des manifestants contre le nucléaire était palpable. Deux ans après Fukushima, ils avaient tout prévu pour attirer l’attention sur le débat du nucléaire. De la tête aux pieds, les militants arboraient des écharpes floquées du slogan « le nucléaire, non merci« , des drapeaux bilingues »Fukushima est partout/ sit überall » et des gilets de sécurité  customisés de stickers contre le nucléaire, le tout en jaune pour attirer les yeux des passants. Leur but : fermer toutes les centrales atomiques de plus 30 ans. Alors ils ont décidé de protester en faisant une chaîne humaine, « une gestion non violente de la manifestation » selon un organisateur. Ainsi, à Bercy, devant Areva et EDF, à la gare de Lyon et la gare Saint-Lazare les mains se sont jointes pour encercler ces lieux emblématiques du nucléaire dans la capitale.

Le nucléaire est aussi un gouffre financier pour les manifestants

Le nucléaire est aussi un gouffre financier pour les manifestants

Lire la suite