Le nucléaire enchaîné par des militants

Samedi dernier, place de la Bastille à Paris, des centaines de personnes scandaient leur refus du nucléaire. À l’occasion des deux ans de la catastrophe de Fukushima au Japon,  les militants ont répondu à l’appel du Réseau Sortir du nucléaire pour former une chaîne humaine dans 18 lieux symboliques de la capitale.


« Hollande bouge tes fesses ! ». Ce samedi sur les pavés de la place de la Bastille, le ras-le-bol des manifestants contre le nucléaire était palpable. Deux ans après Fukushima, ils avaient tout prévu pour attirer l’attention sur le débat du nucléaire. De la tête aux pieds, les militants arboraient des écharpes floquées du slogan « le nucléaire, non merci« , des drapeaux bilingues »Fukushima est partout/ sit überall » et des gilets de sécurité  customisés de stickers contre le nucléaire, le tout en jaune pour attirer les yeux des passants. Leur but : fermer toutes les centrales atomiques de plus 30 ans. Alors ils ont décidé de protester en faisant une chaîne humaine, « une gestion non violente de la manifestation » selon un organisateur. Ainsi, à Bercy, devant Areva et EDF, à la gare de Lyon et la gare Saint-Lazare les mains se sont jointes pour encercler ces lieux emblématiques du nucléaire dans la capitale.

Le nucléaire est aussi un gouffre financier pour les manifestants

Le nucléaire est aussi un gouffre financier pour les manifestants

Sans oublier la place de la Bastille, le final de maintes marches de protestations parisiennes, qui a accueilli d’autres manifestants venus assister au concert de solidarité. On s’assied par terre, on participe aux dons. Entre deux bouchés de soupe bio vendue sur place, on découvre l’hommage photos aux « liquidateurs de Tchernobyl ». Parmi la petite foule, Morjane est venue en famille.  À ses côtés pour lutter contre le nucléaire, il y a son jeune neveu de 14 ans, Louis, et la grand-mère Margarita. À eux trois, ils représentent ces trois générations de nucléaire, des bombes d’Hiroshima à la catastrophe de Tchernobyl puis celle de Fukushima.  Et si aujourd’hui ils ont décidé de finir la manifestation à Bastille, c’est pour promouvoir le « No Nuke », le « No Nucléaire ». « On est face à une omerta, même les médias ne parlent pas de l’ampleur des dégâts » explique Morjane. Pour Louis, la manifestation lui a permis d’apprendre des choses qu’il ne connaissait pas : «  la politique d’Hollande sur le nucléaire est absolument scandaleuse ». Le nucléaire est passé avantageusement sous silence et pour Margarita, la grand-mère, ce silence à un prix. Car pour elle cela reste une histoire de « fric ». C’est « la primauté de l’économie qui prend le dessus sur l’être humain ». L’argent plus fort que le citoyen ? Un mythe qui pourrait s’inverser quand on sait que l’électricité nucléaire est en réalité un gouffre financier.

De gauche à droite, Margarita, Morjane, Louis et son petite frère venus en famille pour la chaîne humaine

De gauche à droite, Margarita, Morjane, Louis et son petit frère venus en famille pour la chaîne humaine

Quelques mètres plus loin, les curieux s’amassent autour des étals. Plusieurs ouvrages sur l’écologie, les énergies renouvelables et quelques manifestes y traînent dont celui de l’association Negawatt. Changeons d’énergies, transition mode d’emploi  est « un scénario énergétique » qui propose « un regard nouveau sur la consommation d’énergie ». Entre deux dédicaces de l’ouvrage, un des auteurs, Thierry Salomon, affirme que le gouvernement a pris connaissance de ses suggestions. En effet, sa participation en tant qu’expert au conseil national sur la transition énergétique présidé par la ministre Delphine Batho, montre que le débat est porté en politique. Il affirme que «  le lobby nucléaire est plus fragile qu’on ne le pense ». Mais quand une manifestante lui dit que tout ceci n’est que « communication » du gouvernement, l’auteur perd son aplomb et estime que les avancées du débat ne pourront pas être jugées « avant trois mois ».

Le manifeste de l'association Negawatt

Le manifeste de l’association Negawatt


« Un cancer totalitaire »

Une attente inadmissible pour Daniel Roussée, membre du parti organisateur de la manifestation. Il souhaite « sortir du nucléaire le plus rapidement possible, aussi bien civil que militaire ». Cet  administrateur du Réseau « Sortir du Nucléaire » a fait le voyage depuis Toulouse pour participer à la chaîne humaine. Selon lui, l’absence d’un réel engagement de la politique française est un problème démocratique : «  Le nucléaire en France, c’est un cancer totalitaire. Les lobbies du nucléaire ont ceinturé les lieux de pouvoirs français, la population est endormie après 40 ou 50 ans de publicités d’AREVA ou d’EDF, ce n’est pas la démocratie. »

Il pointe également du doigt le système vertical des décisions en France : « le pays a une histoire centralisée depuis Louis XIV, Napoléon et tout cela, on a fait une France pyramidale, Paris est haut et décide de tout […] cela a privilégié l’énergie centralisée, autoritaire. » En comparaison avec l’Allemagne qui fonctionne par Land et qui lui permet une plus grande autonomie de gestion. Et pourtant, selon lui, quand on demande aux Français s’ils veulent sortir du nucléaire, ils répondent oui à « 50-60 % » après la catastrophe.

Un des slogans de la manifestation

Un des slogans de la manifestation

Car les incidents comme ceux de Fukushima rendent les consommateurs plus alertes. Pierre-Yves Detrée, de la société Energcoop, fournisseur d’énergie 100% renouvelable, affirme qu’après la catastrophe nucléaire au Japon, le nombre de ses clients a doublé. Mais pourtant, même si certains prennent de plus en plus conscience des enjeux économiques et environnementaux du nucléaire, ils restent  minoritaires, comme en témoignent les quelque 20 000 participants de la manifestation.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s