Actu data/média du 11 au 17 février

Les données du Vélib’ bientôt en accès lib’

[Lu sur le blog data du Monde]

La ville de Paris a décidé de rendre public les données concernant le vélib’ au printemps prochain. Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’innovation de la recherche et des Universités, rappelle que cette décision « complète la politique Open Data que la Ville met en place progressivement depuis 2011”. La mairie va s’associer à l’entreprise JCDecaux, qui joue l’enthousiasme. « Nous sommes heureux d’être parmi les précurseurs en la matière et de favoriser ainsi la créativité dans le domaine des nouvelles technologies », a déclaré Albert Asséraf, directeur de la stratégie du groupe.

Et pourtant, comme le rappelle Alexandre Léchenet sur le blog data du Monde, cette initiative existait déjà, avant qu’elle ne soit bloquée… par JCDecaux. Et l’application Veliberator en a fait les frais en recevant « un email provenant de la société JCDecaux interdisant d’utiliser leurs données sur les stations Vélib selon les articles L. 112-3 al 2 et L.341-1 du code de la propriété intellectuelle. » Un revirement de la part de l’entreprise qui devrait néanmoins profiter aux développeurs et donc aux usagers.

Pistez vos amis avec Zoomzoomzen

[lu sur Quoi.info]

L’application Zoomzoomzen a ouvert ce mercredi. Gratuite et anonyme, elle permet de se géolocaliser en temps réel auprès des personnes choisies par SMS, réseaux sociaux ou mail. Aucune donnée n’est enregistrée : quand vous vous déconnectez de l’application, vous ne laissez aucune trace.

Les contacts ayant reçu une invitation à un “ZZZ” peuvent à leur tour se géolocaliser et poster un message à destination des personnes qu’ils doivent retrouver. Les invités d’un même “ZZZ” peuvent donc se voir avancer respectivement sur la carte. Gadget sympa, mais encore faut-il avoir du réseau…

L’application est disponible sur iPhone, Android, ou à l’adresse zoomzoomzen.com.

iTunes atteint les 25 milliards de téléchargements

[Lu sur 01net.com]

Le service de téléchargement de musique d’Apple célébrait mercredi son 25 milliardième morceau vendu en ligne. Pour marquer l’événement,  l’heureux client – un certain Phillip Lüpke – s’est vu offrir une carte cadeau iTunes d’un montant de 10.000 €.

Ce seuil symbolique démontre le succès de la boutique en ligne d’Apple, qui fêtera ses 10 ans le 28 avril prochain. Un succès relatif cependant, à mettre en perspective avec les chiffres du téléchargement illégal, le mode de consommation principal pour la musique dématérialisée.

L’IFPI  (International Federation of the Phonographic Industry) annonçait ainsi 40 milliards de morceaux de musique téléchargés illégalement en France rien que pour l’année 2008.

L’open data au service de la santé

[Lu sur France Info]

Et si les données des feuilles de soins avaient pu éviter les derniers scandales sanitaires ? C’est la question qu’a posé France Info dans un article sur l’open data et la santé publique. Il existe en effet des milliers de données informatisées par l’Assurance maladie qui ne sont pas accessible aujourd’hui. “ Une diffusion des données publiques existantes que ce soit celles des assurances maladies […] mais aussi des bases de données sur l’hôpital ou sur le médicament” explique Mathieu Escot, chargé de missions à l’UFC-Que choisir. Il ajoute que “c’est par cette diffusion plus large de l’information qu’on pourrait améliorer la qualité des soins, réduire le coût de la santé pour les ménages”. Afin de sensibiliser les acteurs de la Santé publique, un manifeste a été créé demandant plus de transparence sur notre système de santé.

Des menaces à l’encontre des salariés de France Télévisions

[Lu sur l’AFP]

 Stupeur chez les salariés de France Télévisions. Ce mercredi, le groupe a reçu une mystérieuse lettre de menace. Signée par un énigmatique « Groupe P », elle exhorte la direction à se séparer de certains de ses animateurs dont les noms n’ont pas été dévoilés. Le ou les auteurs du courrier ont indiqué qu’ils n’hésiteraient pas à s’en prendre physiquement aux salariés du groupe, en l’absence de réactions.

 Les faits, divulgués par l’AFP, sont pris très au sérieux par France Télévisions, qui a déposé plainte ce mercredi. Une enquête est actuellement en cours.

La folie du Tweet a envahit l’hémicycle

[Lu sur Libération.fr]

Et si Twitter gênait le débat sur le mariage pour tous à l’Assemblé Nationale ? C’est en tout cas ce que pensent une poignée de députés UMP, à l’image de Gérald Darmanin. Le député de la 10ème circonscription du Nord aimerait modifier le règlement de l’Assemblée Nationale pour y interdire l’accès au réseau social.

Ainsi, les députés n’hésitent pas à tweeter en live (avec le #DirectAN) sur les réactions des uns et des autres. Chacun y va de son commentaire en 140 caractères. Les députés protestent même contre les tweets des députés de l’autre camp, depuis l’hémicycle.

Cette proposition a provoqué une vive contestation de la part du parti majoritaire.

Pour Claude Bartolone, le président de l’Assemblée Nationale, pas question de couper le WiFi. Néanmoins, il a admis surveiller les tweets du « coin de l’œil », se refusant à faire la police de Twitter à l’Assemblée. Il a annoncé que le groupe de travail en charge du fonctionnement de l’Assemblée va aussi réfléchir « à l’utilisation des réseaux sociaux » afin de fixer « une règle du jeu ». Le but : faire en sorte que ces tweets ne détournent pas l’attention des parlementaire sur le débat.

Naviguer en sécurité grâce à Google

[Lu sur Google]

Ce jeudi a eu lieu le Safer Internet Day (« Journée pour un Internet plus sûr ») célébré dans plus de 70 pays. À cette occasion, Google a mis en ligne un guide pour profiter d’Internet en toute sécurité. Voici les étapes essentielles accompagnées de quelques conseils :

La sécurisation des mots de passe avec validation en deux étapes. D’abord par Internet puis par téléphone avec la réception d’un code secret par SMS pour la confirmation finale. Il est conseillé de choisir un mot de passe différent pour chaque compte. L’idéal est qu’il soit long, composé de chiffres, de lettres, de symboles et d’utiliser une expression que vous seul connaissez. Il est aussi important de configurer les options de récupération de mot de passe et de les mettre à jour.

Autre étape, la préservation de l’intégrité de vos appareils. Mettez à jour votre navigateur, méfiez-vous de vos téléchargements, ne négligez pas les anti-virus et lorsque vous installez un logiciel, assurez-vous qu’il provienne d’une source fiable. Autre astuce, préférez la formule « https:// », elle indique que votre connexion est chiffrée et mieux protégée contre l’espionnage et la falsification.

Ne pas oublier le contrôle de l’usurpation d’identité, la protection de la famille. Google propose même un guide pour comprendre Internet, utile pour assimiler tous ces conseils.

Le New York Times gagne davantage grâce aux ventes plutôt qu’à la pub

[Lu sur LesEchos.fr]

Pour la première fois, le New York Times a tiré davantage de revenus grâce à ses lecteurs plutôt que grâce aux publicités, selon des résultats publiés jeudi.

Si les recettes publicitaires ont globalement reculé sur l’année de 5.9% pour 898 millions de dollars, celles provenant des abonnements et des ventes au numéro ont elles augmenté de 10.4% pour arriver à 953 millions de dollars sur l’année.

Mark Thompson, directeur général du groupe s’en est félicité dans un communiqué : « Nous avons vu une poursuite de la forte croissance de nos abonnements numériques de même que des revenus en hausse pour notre large base de journaux en circulation. En fait, pour la première fois de notre histoire, les revenus tirés de la diffusion ont dépassé ceux de la publicité ».

Le groupe qui inclut notamment l’International Herald Tribune et le Boston Globe a connu une augmentation de 13% de ses abonnements par rapport au trimestre précèdent, pour atteindre 668 000 abonnés. Une augmentation à mettre sur le compte de la nouvelle stratégie de développement des abonnements payants sur Internet.

Cerise sur le gâteau, le journal redevient même rentable avec des bénéfices nets de 133 millions de dollars contre près de 40 millions de perte en 2011. Le chiffre d’affaire total a lui progressé sur l’année de 1,9% à 2 milliards de dollars.

[Infographie] Viande de cheval : à qui la faute ?

[Lu sur LePoint.fr]

Depuis que l’Autorité de sécurité alimentaire du Royaume-Uni a détecté que des lasagnes de bœuf de la marque Findus étaient en fait composés à plus de 60% de cheval, les différents intermédiaires se rejettent la faute. Le Point propose une infographie pour décrypter clairement les étapes du circuit. L’hebdomadairese demande si le groupe Findus a souffert d’une erreur, ou s’il est victime d’une fraude dans le circuit de distribution de la viande achetée.

Il note que deux traders, l’un chypriote, l’autre néerlandais, se sont chargés de la transaction de la viande chevaline. Celle-ci est partie d’un abattoir basé en Roumanie. Puis, les traders ont vendu la viande à la société française Spanghero qui l’a vendue à son tour à l’entreprise de fabrication de plats surgelés Comigel. Ensuite, la viande a transité au Luxembourg avant d’être vendue au Royaume-Uni. C’est ici que la viande de cheval a été detectée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s