A Clichy-Sous-Bois, j’ai le mal des transports

Il est 7 h 06 du matin, le bus 613 arrive à l’arrêt Emile Zola. Sur le quai, nous sommes bien une dizaine à faire signe au conducteur de s’arrêter. La montée est pénible ; certains poussent pour être sûr d’entrer. A l’intérieur, le silence règne. La plupart des voyageurs vont travailler. Les traits sont tirés, les visages renfermés. Nous sommes à Clichy-sous-Bois, la plus jeune commune du département de la Seine-Saint-Denis (93), l’une des villes de France les plus mal desservies par les transports en commun. Elle est aussi la plus enclavée. Aucune voie ferrée ne la traverse. J’y habite depuis 20 ans.

Ce mardi matin, c’est donc en bus que je débute mon trajet pour rejoindre la gare la plus proche. Je me lève tôt pour me rendre à ma fac qui se trouve à Gennevilliers (92). Le détour par Paris est inévitable. Bus, RER, train de banlieue, tramway, quatre moyens de transports différents pour près de deux heures de transport. Dans le bus, je trouve une place au fond. Les sièges sont usés ; du vert menthe, ils ont viré au kaki.

Deux arrêts après, le bus est déjà surchargé. Debouts, entassés les uns contre les autres, se tenant difficilement aux barres, les gens semblent suffoquer. L’air est humide, la chaleur du chauffage agresse. A chaque arrêt, les visages se crispent davantage. Derrière cela, il y a la peur d’arriver en retard au boulot et donc celle de perdre son emploi, souvent si durement décroché. A Clichy-Sous-Bois, il y a plus de 22 % de chômeurs.

12 km de Paris pour 1 h 30 de transport 

Au-delà de la fatigue, ce que je lis dans les regards, c’est de la frustration : près d’une heure pour parvenir à une station de RER, qui elle-même se trouve à 30 minutes de Paris, c’est épuisant, physiquement et moralement. Pourtant la ville n’est qu’à 12 kilomètres de Paris à vol d’oiseau.

Lorsque je questionne certains voyageurs, assis autour de moi, les réactions sont toutes les mêmes. Fatima, 25 ans, se rend à son école à Paris. Cette étudiante utilise tous les matins le bus pour aller la station du RER d’Aulnay : « Ca me déprime chaque matin de savoir que je vais passer près d’une quarantaine de minutes dans le bus avant d’affronter le RER B », confie la jeune femme.

Assis à côté d’elle, Boubacar, 38 ans, est en colère : « En 10 ans, à Clichy-sous-Bois, on met toujours autant de temps à rejoindre Paris. J’ai l’impression que cette ville est déconnectée de la société, qu’elle ne fait pas partie de la France ».

Pourtant, en dix ans, plusieurs lignes de bus ont été ouvertes à Clichy-sous-Bois. Aucune d’elles n’a résolu le problème. Les routes sont les mêmes et les couloirs de bus inexistants. Alors, beaucoup de gens comme Hélène, 42 ans, prennent la voiture. Mais l’augmentation du prix de l’essence, ces derniers temps, lui font choisir le bus, de temps en temps, comme ce matin : « Lorsqu’on manque d’argent, on choisit de se lever beaucoup plus tôt pour attendre le bus. J’ai l’impression qu’on ne vit pas à la même époque à Clichy-sous-Bois qu’ailleurs en France. Si on ne sort pas de la ville, on ne sait pas que le métro, le RER et le tramway ont été inventés ».

En attendant 2017

Cela fait des années que le maire et les habitants réclament que la ligne 4 du tramway traverse la ville. Pour le moment, on en est qu’au stade du tracé qui a été validé en avril dernier par le Syndicat des transports d’Ile-de-France.

Mais l’opposition du maire de Livry-Gargan, Alain Calmat (DVG) et de celui des Pavillons-sous-Bois, Philippe Dallier (UMP), qui considèrent tous deux que le projet « asphyxiera » certains de leurs quartiers, risque d’empêcher le projet de voir le jour.

Même si un accord est trouvé rapidement, il faudra attendre 2017 pour voir le tramway desservir la ville. D’ici là, Fatima, Boubacar, Hélène et les autres devront continuer, chaque matin, à faire preuve de courage.

Sala Sall – (Initialement publié sur Zone d’expression prioritaire, un blog de L’Etudiant)

Crédits photos : © Joël Robine ; Clicsouris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s